Au pays des noms imprononçables     




Ce sont là quelques échantillons chantants des noms de lieux islandais !

On s'y fait assez vite pourtant, mais à deux conditions :


  • 1. Ne pas se laisser impressionner par certains caractères un peu bizarres :

    - le þ (en majuscule Þ), qui se prononce à peu près comme un "th" anglais doux (comme dans "thing"),
    - et le ð (en majuscule Ð), qui se prononce à peu près comme un "th" anglais dur (comme dans "them").
Voici toute la panoplie des caractères spéciaux islandais :   þ    ð    á    í    ó    ö    ú    ý    æ

Vous vous demandez peut-être comment on fait pour les produire à partir d'un clavier normal français ?
Dans ce cas, voici un petit outil à cet effet. Vous pouvez l'imprimer et le garder à côté de votre clavier. Il a le mérite d'être simple et de fonctionner partout, dans toutes les versions de traitement de texte, dans vos e-mails, dans les forums de discussions, etc ...
Pour la prononciation, on ne peut pas faire gand chose pour vous aider ... Si déjà, en anglais, vous avez du mal à capter la nuance entre le "th doux" de "thing" et le "th dur" de "them", votre cas est - disons - difficile ... pour ne pas dire désespéré.
Mais de toutes façons, plusieurs autres caractères (pourtant semblables aux nôtres) ont des prononciations tellement particulières qu'un sérieux effort s'impose si vous voulez caresser l'espoir d'être compris en prononçant les trois phrases minimales que chacun peut lire dans les guides touristiques !

Les islandais disent que vous maîtriserez réellement leur prononciation quand vous serez capable de boire votre café en tenant un morceau de sucre entre les dents et en disant "það er gott að sjá þig " ("Je suis content de vous voir").
En attendant d'y parvenir, vous pouvez entendre quelques expressions courantes !

On ne va pas ici vous lister tout l'alphabet islandais avec la manière de prononcer chaque lettre, d'autres l'ont fait ailleurs et (à notre avis) le but d'un site n'est pas de reprendre ce qui est déjà fait, mais plutôt d'apporter un éclairage nouveau ou original.

Mais si vous voulez entendre ce que ça donne, à vitesse normale, prononcé par des islandais, c'est tout simple : montez le son, et écoutez en direct la radio islandaise :     Chaîne 1   ou   Chaîne 2

Si cela ne vous suffit pas, si vous voulez l'image en plus, pour suivre sur les lèvres ... et bien qu'à cela ne tienne : regardez les infos à la télé islandaise !   Cliquez sur "Fréttir" (actualités) ou sur "Veður" (la météo).


La langue islandaise est issue des langues nordiques anciennes, mais à la différence des autres langues scandinaves, elle n'a pratiquement pas évolué depuis l'époque de la colonisation de l'île par les vikings il y a plus de mille ans.
Les islandais ont donc le privilège de pouvoir lire leur littérature ancienne (les Sagas, notamment) directement dans le texte d'origine ! Il existe d'ailleurs de nombreuses expressions courantes et des proverbes qui sont des citations extraites des Sagas.

Les islandais sont extrêmement attachés à la préservation de la pureté de la langue viking. La plupart des mots modernes ont été créés à partir de mots existants : le téléphone se dit "le fil qui parle", l'aéroport "la plaine où l'on s'envole" et l'ordinateur "la sorcière qui compte" !

Ainsi, si des "Visiteurs" vikings revenaient à notre époque, ils seraient certes assez déroutés par les maisons, les avions et les gros 4x4 islandais, mais ils comprendraient parfaitement la langue d'aujourd'hui ...
En savoir plus sur Lexilogos : des dictionnaires et des leçons d'islandais en ligne.


  • 2. Savoir qu'il y a une particularité étonnante en Islande : c'est le pays où il n'y a pas de noms propres !

    Oui, vous avez bien lu : les noms de lieux, de sites, de montagnes, de rivères, de glaciers, etc., ne sont pas des noms propres. Ce sont tout simplement des descriptifs, autrement dit des noms composés à partir de noms communs.
    Et ça (redevenons sérieux ...) c'est drôlement pratique, parce qu'à partir d'une petite liste de mots, on comprend le sens de très nombreux toponymes.

    Démonstration :
- Kirkju : église
- Baer : ferme
- Klaustur : couvent
Kirkjubæjarklaustur
Le nom de ce village du Sud signifie tout simplement : "Eglise-ferme-couvent" ! (vous voyez comme c'est facile !)
- Reyk, reykur : fumerolles, vapeurs
- Vík : baie
Reykjavík
"La baie des fumerolles", tel est le nom de la capitale, établie sur un des très nombreux sites géothermiques du pays
- Hver : chaud, bouillant
- á : rivière
- Vellir : vallée
Hveravellir
Dans le désert du Kjölur, ce lieu-dit est "La vallée de la rivière bouillante" (photo)
- Vatn : eau
- Jökull : glacier
Vatnajökull
Cette immense calotte glaciaire, vaste comme la Corse et épaisse de 1000 mètres, s'appelle tout simplement "le glacier des eaux" (photo)
- Jökull : glacier
- á : rivière
- gjá, gljúfur : gorge, canyon
Jökulsárgljúfur
Le nom de ce parc national du Nord-Est veut dire "le canyon de la rivière du glacier" (photo)
- Laugar : bain chaud
- Man, Manna : les hommes
- Land : la terre, la campagne

Landmannalaugar
Ce site, parmi les plus extraordinaires d'Islande, s'appelle "les bains chauds des hommes de la campagne" (photo)
- Eld : le feu
- gjá : la faille

Eldgjá
Sur ce site, le rift medio-atlantique émerge au grand jour.
C'est littéralement "la faille du feu"(photo)
- Snæ : la neige
- Fell, fjall : montagne
- Nes : pointe, péninsule
Snæfellsnes
"La péninsule du mont de la neige", à l'Ouest de l'Islande, porte le célèbre volcan Snæfell (photo)
- Fjord, fjörður : le fjord
- Breiða : large, vaste
Breiðafjörður
Cet immense fjord du Nord-Ouest s'appelle tout naturellement "le large fjord" (photo)
- Hraun : lave, coulée de lave
- Foss, fossar : cascades, chutes d'eau
Hraunfossar
"Les cascades de la coulée de lave", dans la vallée de Reykholt, ne pouvaient pas s'appeler autrement : l'eau sort littéralement de la coulée ! (photo)

     le pays où les gens n'ont pas de nom !     ... seulement un prénom     


La notion de nom de famille, telle que nous la connaissons, n'existe pas en Islande.

On porte seulement un prénom, auquel on adjoint le prénom du père suivi de "son" (fils de ...) si on est un homme, ou "dóttir" (fille de ...) si on est une fille.


Ainsi, sur la plaque ci-contre, on voit qu'un couple marié, Benedikt (l'homme) et Sigurlaug (la femme), sont enterrés ici.
Benedikt était le fils d'un homme nommé Sigurð, et Sigurlaug était la fille d'un homme nommé Sigurðar.


Dans le petit cimetière de Viðimýri, près de Varmahlíd
Stèle tombale dans le petit cimetière de Viðimýri, près de Varmahlíd        
On pourrait penser que cette absence de nom de famille est un obstacle à la notion de "lignage" ou à la connaissance des ascendants ... C'est tout le contraire !
En fait, la désignation de chaque personne par son ascendance est le système qui facilite le plus les recherches, et tant qu'on ne butte pas sur un "maillon manquant", on peut remonter presque indéfiniment les générations.

Les islandais sont passionnés de généalogie, et la plupart d'entre eux connaissent leurs ancêtres sur au moins six ou sept générations. Il n'est pas rare de voir affiché, dans les fermes qui accueillent les voyageurs, l'arbre généalogique des propriétaires. Certains remontent même (c'est fabuleux !) jusqu'au premier millénaire, à l'époque de la colonisation de l'Islande par les vikings !
Depuis toujours en Islande, quand les enfants grandissent, un signe majeur d'accès à l'adolescence et à l'âge adulte est la capacité à pouvoir citer de mémoire son ascendance sur plusieurs générations. Ne pas pouvoir le faire est une ignominie !
C'est une tradition millénaire : quand on lit les Sagas, on se rend compte que ces récits commencent presque toujours par une généalogie précise du héros.

Ainsi dans la célèbre "Saga de Snorri le Goði" :
"Il y avait un Hersir renommé en Norvège, il s'appelait Ketill au Nez Plat. C'était le fils de Björn du Ru, fils de Grímr, seigneur de Sogn [...], il avait épousé Yngvilðr, fille de Ketill le Bélier [...]. Leurs fils s'appelaient Björn et Helgi, et leurs filles Auðr la Très-Sage, Þorun la Cornue et Jorúnn la Sagace [...]. Cela se passait à l'époque où le roi Haraldr à la Belle Chevelure prit le pouvoir en Norvège"

(Vous avez remarqué comme ils avaient des surnoms charmants, n'est-ce-pas ?)

Enfin, autre avantage, l'usage du prénom est à la fois une pratique conviviale et un facteur d'égalité.
Alors que chez nous, certains se font un malin plaisir de "s'envoyer à la figure" leur nom de famille (quand ce n'est pas leur particule) comme un oriflamme prétentieux, en Islande, tout le monde sans aucune exception, s'interpelle par le prénom et se tutoie, sans aucune discrimination sociale. Qu'il s'agisse des parents, du patron, du médecin, du banquier ou du Président de la République !

De fait, la cohésion sociale est très forte et le sentiment d'appartenance au "corps social" est extrêmement marqué en Islande. Il est d'ailleurs significatif que, dès l'époque des Sagas, les criminels n'étaient ni exécutés, ni emprisonnés. La pire sanction qui leur était réservée était l'exclusion du corps social : le bannissement !

En savoir plus sur le système des noms de personnes en Islande, avec un exemple sur trois générations
Transposer votre nom dans le système islandais

Cliquer
     
Cliquer