Alimentation     


A moins d'être en « pension complète », les voyageurs en Islande sont confrontés à la question de l'alimentation.

Quelques caractéristiques générales :
  • L'Islande est un pays plutôt cher : les prix de l'alimentation sont entre 10 et 50 % plus chers qu'en France, selon les produits. Cet écart de prix s'est réduit depuis deux ou trois ans, et la TVA sur les produits alimentaires a baissé en mars 2007.
    Il faut savoir que les islandais ont un des plus hauts niveaux de vie de la planète. A travail égal, les salaires sont bien plus élevés qu'en France (et les Islandais travaillent plus). Les revenus et les prix sont donc en rapport.

  • De nombreux produits alimentaires sont importés. Les produits locaux sont comparativement les moins chers.

  • On ne trouve pas dans les commerces une gamme de produits aussi étendue que chez nous.

  • Les produits ont des conditionnements et des mentions (en islandais seulement) qui ne permettent pas toujours de savoir exactement ce dont il s'agit (voir ci-après le "Guide alimentaire").

  • Les épiceries et supérettes (au sens où nous l'entendons) sont beaucoup plus rares que chez nous et beaucoup plus discrets (pas de flèchage, pas de publicité). Dans les villages, si vous ne voyez rien qui ressemble à un magasin d'alimentation, demandez conseil aux locaux, vous verrez qu'il y a souvent quelque chose ...

  • Les stations-service ont toujours un rayon « alimentation », plus ou moins important, mais très utile car ouvert tard le soir. Fondamental dans les endroits isolés où il n'y a rien d'autre.
La solution « hébergement dans les fermes et refuges en Bed & Breakfast » a l'avantage d'inclure le petit déjeuner. En Islande, c'est un repas principal, particulièrement varié et copieux ; d'ailleurs on ne dit pas "petit déjeuner", mais "morgunmaður" ("repas du matin").
La plupart des fermes-guesthouses mettent à la disposition des voyageurs une cuisine équipée pour préparer soi-même le repas du soir.
Seules quelques fermes n'offrent pas cette facilité (c'est mentionné dans le site de Farm Holidays), mais on peut alors se débrouiller dans la chambre pourvu qu'on ait un camping gaz.

On peut amener avec soi des provisions de bouche, mais cette possibilité est soumise à des règles et restrictions douanières.

Notre préférence va donc à la formule globale
"B&B à la ferme + Pique-nique à midi + Repas simple préparé par nous-mêmes le soir".
Le petit déjeuner (pardon : le "morgunmaður" !) dans les fermes est un vrai festin ! En général, il est servi sous forme de buffet à volonté, parfois dans la salle à manger familiale, parfois dans une salle particulière réservée aux hôtes.

On y trouve du café, du thé et des jus de fruits, plusieurs sortes de pains aux céréales, des pancakes, du beurre et des confitures (la myrtille locale est excellente), des charcuteries, de l'agneau fumé, du fromage, des harengs doux marinés (un vrai régal !) ou du saumon fumé, des tranches de concombres et de tomates, des œufs durs, des quartiers d'oranges et de pommes, des céréales et du muesli (excellent), des fruits secs (raisins, amandes, noisettes), ... et bien sûr toute une gamme de produits laitiers.

Les produits laitiers sont parmi ce qu'il y a de meilleur en Islande. Il y a des yaourts excellents, du « skyr » (voir ci-après) et plusieurs sortes de laits, dont le « surmjölk », un lait caillé particulièrement bon avec les céréales ou le muesli.

Le « skyr » mérite une mention spéciale : c'est une sorte de fromage blanc fait avec du petit lait, donc sans matières grasses. C'est une spécialité nationale qui remonte à l'époque des vikings, et les islandais (qui sont fans de produits laitiers à titre général), en engloutissent des quantités incroyables.
Pour les voyageurs, le skyr a aussi l'avantage de figurer parmi les produits relativement bon marché.
Si on l'achète « brut », il est très épais et il faut le diluer avec un peu de lait ou d'eau (... ou de crème fraîche) pour le rendre plus onctueux. On peut le manger tel quel ou sucré, ou encore aromatisé avec des confitures ou des sirops de fruits. On le trouve aussi parfois dans les magasins déjà dilué et aromatisé (la version à la fraise est particulièrement bonne).

A partir d'un bol de skyr nature, on peut préparer une potion magique en y ajoutant des céréales ou du muesli, des raisins secs, des noisettes et du miel. Vous partez alors avec des ressources énergétiques pour traverser le Vatnajökull !
Petit déjeuner islandais (ferme de Þinghúsið Hraunbær)

Petit déjeuner islandais (ferme de Þinghúsið Hraunbær)
Pour l'approvisionnement, on trouve des supermarchés ou des supérettes à Reykjavík, à Akureyri et dans quelques petites villes et villages. Les mini-markets « Kronan » et « Bonus » sont les moins chers. Attention : on ne donne pas de sachets à la caisse : prévoir ses propres sacs. Vous trouverez ici la localisation des supermarchés Bonus, à l'enseigne "cochon rose".

Attention à l'approvisionnement pour les week-ends, il n'y a plus grand chose d'ouvert le samedi après-midi et plus rien le dimanche, excepté les rayons alimentation des stations-service.
Enfin, dans l'intérieur, les refuges proposent parfois le petit-déjeuner (à Kerlingarfjöll par exemple), mais ils n'offrent aucune possibilité d'approvisionnement à emporter.
Vous trouverez ici un excellent "Guide de l'alimentation en Islande", avec un lexique très complet des produits alimentaires.



Les restaurants sont chers. Passons tout de suite sur les restaurants "chics" de Reykjavík : les prix y sont carrément prohibitifs (facilement 100 euros hors boissons, ce prix pouvant doubler si on prend du vin).

Il existe heureusement des restaurants plus populaires où l'on peut faire de bons repas pour 20 à 30 euros par personne. Il y a aussi des snacks, souvent dans les stations service, qui proposent un plat cuisiné ou un hamburger garni pour 10 à 15 euros environ.
La bière légère (dite "pilsner") est excellente (la "Viking" notamment) et abordable (3 euros la canette environ). Le café et le thé sont très consommés. Une remarque concernant ces deux boissons chaudes : quand on en a payé une tasse, on peut en reprendre à volonté.

Voici quelques "mémos" de repas dans des restaurants "abordables" au cours de nos balades islandaises :
  • Dans le Nord, au restaurant Bautinn, dans la rue piétonne d'Akureyri. Ce restaurant est connu pour être le meilleur rapport qualité-prix de toute l'Islande. Nous y avons fait à midi un bon repas islandais pour environ 30 euros par personne boisson comprise (bière légère). Au menu : soupe, puis buffet d'entrées à volonté, un plat chaud (poisson en sauce avec garniture), et un café. En résumé : un petit luxe abordable !

  • Dans les fjords de l'Est, au restaurant de l'hôtel Staðarborg près du petit port de pêche de Breiðdalsvík. Un bon repas du soir comprenant soupe, plat de poisson garni, pâtisserie, avec bière et café, le tout pour environ 28 euros par personne. Une ambiance agréable et un service très sympa où on vous propose systématiquement quand vous avez fini chaque plat, d'en reprendre un peu plus.

  • Au « Blaa Lonid » (Blue Lagoon) dans la péninsule de Reykjanes au Sud-Ouest de Reykjavík. Au restaurant-snack de ce complexe balnéaire nous avons pris bien sûr le hamburger "Spécial Blue Lagoon" : une assiette composée d'un énorme hamburger, frites et salade mixte, pour environ 26 euros par personne avec bière et café.

  • A Reykjavík, au "Grillhúsið" alias "Grillhús Guðmundar" (centre ville : Tryggvagata 20), nous avons mangé une excellente (et copieuse) grillade d'agneau ("lambasteik BBQ") servie avec frites, pommes de terre vapeur et salade pour environ 25 euros/personne. Très bon accueil et ambiance sympa.

  • A Reykjavík toujours, nous avons mangé à Eldsmiðjan, rue Bragagata (près de la cathédrale Hallgrímskirkja). C'est une pizzéria à l'Islandaise. Belles pizzas au feu de bois proposées en trois tailles : 10", 12" et 16", prix respectivement 15 euros, 20 et 26 euros environ selon composition (la "Del mare" au saumon fumé, crevettes et parmesan est une étonnante alliance italo-islandaise !). La géante (16") est économique car elle peut-être commandée à deux à condition de prendre deux boissons. Bières légères ("pilsner") autour de 3,5 euros, bières avec alcool autour de 6 euros.
    Pour ceux qui ont encore faim après, il y a aussi une pizza-tarte aux pommes ("Eplabaka að hætti hússins"), avec cannelle et glace à la vanille (18 euros pour 2 à 4 parts).
    Musique et ambiance de plus en plus présente et "djeunz" au fur et à mesure qu'on monte dans les étages. Et une curiosité pour nous autres français : on a vu deux copines qui n'avaient pas tout fini demander (et obtenir) une boîte en carton pour emporter les restes !!!

Verði þér að góðu ! (Bon appétit !)


Utiles et actualisés
en temps réel :
      Un convertisseur Euro / Couronne islandaise

      Un convertisseur Couronne islandaise / Euro


Pour les gourmets
et les curieux :
Notre recette de la soupe traditionnelle islandaise à l'agneau

Un site appétissant : Recettes de cuisine islandaises

Plats traditionnels islandais : le festin de "þorramatur".



Cliquer
Cliquer